Les grands projets

Restauration des boiseries de la médiathèque Aveline d'Alençon

La première pierre de l’église des Jésuites est posée en 1679 par Isabelle d’Orléans, duchesse d’Alençon, et le gros œuvre est achevé en 1686. Le collège est réputé dans le royaume grâce à son rayonnement culturel important. Néanmoins, en 1764, un édit du roi interdit les jésuites dans l’intégralité du royaume en raison de plusieurs conflits. Remis à la ville, le collège des jésuites d’Alençon ferme donc ses portes. L’architecte Jean Delarue est alors chargé par la commune de modifier l’intérieur de l’église.En 1799, il aménage l’édifice en séparant la nef en deux étages. La partie haute est réservée à la bibliothèque et les boiseries y sont installées.

Bibliothèque municipale depuis 1803, l’ancienne église des Jésuites est devenue depuis l’écrin d’un patrimoine écrit exceptionnel, conservé dans de magnifiques bibliothèques.Elle est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1926 et les boiseries de la salle de la chapelle sont classées au titre des monuments historiques depuis 1982. Ces boiseries se composent de 26 armoires en chêne sculpté du milieu du XVIIIe siècle qui proviennent de la chartreuse Notre-Dame du Val-Dieu.
Aujourd’hui, l’ensemble des boiseries doit être restauré, afin de garantir la sécurité des personnes et des ouvrages. 16 000 livres patrimoniaux seront retirés des bibliothèques le temps des travaux. Ces derniers auront pour objectifs de conserver ces lambris d’exception au sein de l’église des Jésuites et de les consolider pour qu’ils continuent d’accueillir les livres précieux tel que cela a été voulu à la fin du XVIIIe siècle.

Les travaux, dont le montant est estimé à un peu plus de 600 000 €, devraient s’étendre sur une durée 12 mois à compter de mai-juin 2023. La Communauté Urbaine d’Alençon travaille de concert avec la Direction régionale des affaires culturelles et le département de l’Orne pour financer ce projet. Elle s’est également tournée vers la Fondation du patrimoine pour lancer un appel au mécénat et à la contribution populaire.

Effectuer un don

Dossier mécénat

Pôle de Santé Libérale Ambulatoire

MISSIONS

Afin de lutter contre la fragilisation de l’offre de soin de premier recours, un ensemble de professionnels de santé libéraux en partenariat avec l’ARS, la Région Normandie, URML et la Communauté Urbaine ont défini un projet de santé à l’échelle du territoire en 2016.
En s’appuyant sur une communauté de soignants existante et dynamique, ce projet intercommunal s’est concrétisé avec l’ambition de renforcer ce dynamisme à travers un projet de Pôle de Santé Libéral Ambulatoire multi sites : Centre-ville d’Alençon, Perseigne-Alençon et Saint-Germain (extrait du projet du projet de santé).

 

RÉALISATIONS

SUPPLÉMENT DU RÉPERTOIRE MÉTHODIQUE DÉTAILLÉ FONDS DIRECTION DE LA COMMUNICATION Reportage photographique sur le pôle santé de St Germain du Corbeis (7 octobre 2020).PSLA Saint Germain-du-Corbéis (1 espace Henri et Robert Gagnaire, route de Fresnay) : l’équipement a été livré le 31 juillet 2020.
 

Surface : 833 m² comprenant 16 cabinets
 

Budget de l’opération : 2 151 694 € TTC cofinancé par l’État (545 932 €), l’Europe (260 000 €), la Région Normandie (250 000 €), la commune de Saint-Germain-du-Corbéis (200 000 €), le Conseil départemental de l’Orne (100 000 €) et la Communauté Urbaine d’Alençon (442 799 €)

 

 

PSLA Alençon-Perseigne (situé au n°130 avenue Rhin et Danube à Alençon ) : l’équipement a été réceptionné en juin 2021.
 

Surface : 550 m² comprenant 10 cabinets
 

Budget de l’opération : 1 710 422 € TTC cofinancé par l’État-DPV (566 000 €), l’Europe - FEADER (175 000 €), la Région Normandie (50 000 €), le Conseil départemental de l’Orne (100 000 €), la Ville d’Alençon (269 171 €) et la Communauté Urbaine d’Alençon (269 171 €)

 

 

SUPPLÉMENT DU RÉPERTOIRE MÉTHODIQUE DÉTAILLÉ FONDS DIRECTION DE LA COMMUNICATION Reportage photographique sur … (XX XXXXX 2022).PSLA Alençon Centre-ville (site de la Providence rue de la Poterne) : les travaux sont en cours, la livraison est attendue à l’automne 2022.
 

Budget de l’opération : 4 259 865 € TTC cofinancé par l’État-DETR (818 088 €), l’Europe – FEADER (350 000 €), la Région Normandie (300 000 €), le Conseil départemental de l’Orne (100 000 €), la Ville d’Alençon (1 550 000 €) et la Communauté Urbaine d’Alençon (504 819 €).

Alencéa

Extension du centre aquatique

SUPPLÉMENT DU RÉPERTOIRE MÉTHODIQUE DÉTAILLÉ FONDS DIRECTION DE LA COMMUNICATION Reportage photographique sur l'inauguration de l'esxtension de la piscine Alencea (1 juillet 2022).La CUA a achevé un chantier de grande envergure : l’extension du centre aquatique Alencéa, inaugurée le 1er juillet 2022 en présence des partenaires qui ont permis la réalisation de ce projet. Destiné à remplacer la piscine Pierre-Rousseau, construite à Alençon il y a plus de 50 ans, le nouveau bassin sportif de 25 m accueille désormais les nageurs. Ce nouvel équipement permet de regrouper sur un même site toutes les activités aquatiques qu’on peut pratiquer dans le territoire. À terme, l’objectif est d’étoffer l’offre d’activités proposées au public. Doté de six lignes d’eau, le nouveau bassin est mis à la disposition des scolaires et des associations selon un calendrier défini. Des créneaux sont également prévus pour les particuliers, notamment en période de vacances. 

Un bâtiment durable

Outre le bassin sportif, le nouveau bâtiment abrite 4 vestiaires, ainsi qu’une zone sanitaire incluant des douches. Des gradins ont également été aménagés sur un côté du bassin. D’une capacité d’environ 150 places, ces gradins disposent d’un espace dit “pieds chaussés”. L’équipement peut ainsi accueillir des compétitions avec spectateurs, ce qui n’était pas le cas à la piscine Rousseau. La CUA, qui s’est inscrite depuis de nombreuses années dans une démarche ambitieuse de transition énergétique, a fait le choix d’un bâtiment durable, économe en ressources. Des panneaux solaires installés sur le toit et une pompe à chaleur géothermique permettront de réduire considérablement la facture énergétique. Une attention particulière a également été apportée au traitement acoustique qui apporte un vrai confort aux usagers et au personnel. Le carrelage à picots antidérapants offre aussi une plus grande sécurité aux nageurs.

Vue sur l’extérieur et les futurs plages ©Cabinet Octant Architecture

Le parvis d'accueil depuis la rue de Villeneuve ©Cabinet Octant Architecture